19 mars 2010

MES MODELES

Après l'emballement du premier mois, voici le temps des interrogations...
Dans mon dernier post,  je semblais déterminée et pleine de convictions.
Un mois plus tard, je me sens épuisée et dépassée.
Epuisée par le rythme infernal de ma nouvelle vie à bosser comme une dingue pour des élèves ingrats, insensibles à l'Histoire de leur société et par les cours de pépra en journalisme.
Même plus le temps de se poser et d'alimenter son blog perso ;-).


Dépassée aussi... mais pas par l'actualité pour une fois... non non... mais par les gens autour de moi ...
Ce que je vais dire est très moralisateur limite condescendant.
Je sens que je vais creuser ma tombe, faire l'objet d'un ostracisme que mes occupations ont déjà accéléré lol
J'ai fait un constat.... j'ai l'impression d'être seule dans ma barque.

En fait ça me rend dingue de m'évertuer à vouloir faire avancer les choses alors que je n'existe pas encore dans cette société...  ce que je veux dire par là c'est que je n'ai aucune place privilégiée et encore moins le métier qui me permettrait d'avoir une réelle visibilité, d'être entendue, voire d'être suivie.
Donc j'attends... j'attends que ceux qui sont déjà loin devant moi me montrent la voie... j'attends dans l'espoir que nos élites noires françaises agissent et se portent en exemple.
Mais quand je regarde ces élites et bien le bilan est bien amer...
Je suis profondément déçue de m'apercevoir qu'une grande partie de ces personnes, aux parcours exemplaires, qui ont su s'affranchir des barrières qui leur étaient plus ou moins dressées ou en tout cas ont dû faire face à un certain mépris à cause de leur couleur de peau, de leur religion ou de leur origine sociale pour obtenir une bonne position ne montrent pas l'exemple.
Quand je vois ces élites renier ce qu'elles ont été (sont toujours?), j'estime que finalement ce sont des échecs.
Oui des échecs parce qu'une fois arrivées au bout du chemin, elles cèdent à l'idéologie de l'assimilation. Une idéologie mystificatrice qui pour moi est à l'origine des difficultés de départ.
Une idéologie qui pose problème parce qu'elle est en contradiction avec l'Histoire de la France dont la culture, la civilisation,  se sont TOUJOURS nourries des apports étrangers.
L'assimilation qui consiste à fondre dans un même moule tous les individus qui forment la nation,  induit que la nation française serait construite sur une  identité (sic!), celle de "nos" ancêtres les gaulois, pétrie de valeurs républicaines, blanche, laïque attachée à son terroir....
Tout historien qui se respecte sait que cette notion d'identité nationale est un leurre car elle suppose quelque chose d'immuable figée dans le temps, imperméable or il n'y a rien de plus variant changeant que la culture (l'identité par ailleurs!). Ceci même à cause de l'Histoire, de l'action des Hommes dans le passé et dans le présent bien-sûr
Vous l'aurez compris pour moi, le débat sur l'identité nationale lancé par le gouvernement actuel en automne 2009 était un débat nauséabond puisque qu'au lieu de traiter ce concept franchement populiste dans son ensemble, d'essayer de le définir et bien il est parti d'un postulat: Etre français c'est être blanc, posséder une culture judéo-chrétienne, aimer le vin rouge, le choucroute, le fromage et Johnny Halliday
Une telle définition de l'identité française c'est occulter ce qui a fait à la force de ce pays: l'idée d'une République "universaliste" qui s'applique à tous les individus au delà de leurs différences. L'idée que la  Liberté, l'Egalité et la Fraternité concernent quiconque décide de vivre au sein de la nation. 
Pourtant on sait que cet idéal est voué à l'échec car il a des limites, des contradictions qu'il n'arrive pas à assumer.
Comment parler de liberté, d'égalité et de fraternité lorsqu'on a en même temps institutionnaliser l'esclavage et construit sa puissance économique sur l'exploitation, la violence envers des peuples, des groupes humains considérés comme inférieurs... 
Une perception une vision du monde qui est malheureusement tjrs d'actualité!
Bref, A l'heure actuelle, l'assimilation est un leurre. Mais nos élites noires françaises ont l'air d'y croire et dès qu'elles ont obtenues la place qui leur ai dû, et bien elles s'empressent de refuser toute stigmatisation du genre "non je ne suis pas l'emblème d'une communauté, non je ne porte aucun message, je ne représente rien...blablabla..."
Dans le fond je suis d'accord, la valeur d'une personne ne devrait s'évaluer qu'au regard de ses compétences et en aucun cas en rapport avec sa couleur de peau.
Donc pas besoin de s'extasier dès qu'un noir réussit. S'arrêter à ça, contribuerait à l'idée que les noirs sont généralement médiocres et dès qu'il y en a un au sommet, il faudrait l'applaudir.
Il n'empêche cette personne ne peut se détacher du moins refuser la portée symbolique de sa réussite. Cette personne est un symbole. Indispensable, essentielle pour une jeunesse noire née en France, française mais qui se voit tjrs remise en question, certains l'estimant tjrs illégitime.
Bien sûr cette portée symbolique constitue un poids énorme pour une personne et encore plus si cette personne ne se sent pas concernée par les atermoiements d'une communauté afro-caribéenne plutôt fictive.
Mais le nier c'est se nier soi-même et donc nier un fait inéluctable (être noir) que les autres et plus particulièrement les blancs oublient très rarement.
Etre le premier présentateur de journal télévisé d'une chaîne hertzienne noir, le premier PDG d'une multinationale européenne noir, ou un des rares membres de gouvernement noir n'est pas anodin (malheureusement).
Je ne demande pas à ces êtres exceptionnels de se porter en porte parole d'une cause noire. En France, nous ne sommes pas dans la situation ségrégationniste des Etats-Unis de Martin Luther King. Toutefois nos élites ont un rôle extrêmement important à jouer dans la prise de conscience de la stigmatisation et des discriminations. Et elles seules peuvent empêcher les postures victimistes ou communautaristes de certains militants de la "cause noire" en France.
Pour le moment nous en sommes encore loin. Une grande partie de ces privilégiés sont dans le déni et cherchent plutôt (inconsciemment ou pas) à se dissoudre dans la catégorie massivement blanche des nantis. Certains, se complaisant d'être les seuls assis à la table des grands vont jusqu'à dédaigner tout contact avec ceux qui leur rappellent leur "handicap" originel (être noir). Et bien évidement le summum de cette intégration réussie c'est d'épouser un(e) blanc(he), de blanchir sa descendance [surtout que les métis ce sont les plus beaux enfants du monde (sic!)]
Quelle image ces élites noires renvoient t-elle à la jeunesse si ce n'est l'idée qu'il faille effacer toute trace de la culture d'origine pour "s'intégrer" ou pire encourage ceux qui confondent culture et couleur de peau, en occultant un maximum tout trait excessivement négroïde comme les cheveux crépus et la peau foncée.
Heureusement certaines personnes nous prouvent qu'il est possible de concilier nos différentes cultures, que la complexité de notre identité réside (heureusement) dans sa pluralité et qu'un jour il sera possible de faire certains choix sans qu'ils soient implicitement dictés par une doxa finalement intolérante.
L'assimilation n'est pas la solution et n'est pas compatible avec une république multi-culturelle et post-raciale.
Certains rétorqueront que la République française a su assimiler les premières vagues de populations immigrées d'origine espagnole, italienne, portugaise, polonaise.... Faut-il rappeler qu'elle s'est faite au prix fort. Ces populations ont subi des hostilités et des violences incroyablement féroces, au début du XX ème siècle tout ça au détriment de leurs cultures, de leurs traditions détruites à tout jamais.
Et j'ajoute que tant que l'on considérera que pour être français il faut être blanc, de confession chrétienne (enfin athée c mieux quand même) et bien on ne pourra pas créer une cohésion juste, partagée par tous.


Voilà pourquoi je lance ce coup de gueule et en appelle à nos élites noires! Elles ont un rôle primordial dans la construction de l'identité des individus de "couleur" dont on conteste de plus en plus la place dans cette société fragmentée presque raciste en tout cas méprisante.
Car même si on a Barack Obama, Martin Luther King, Nelson Mandela etc... cela ne nous suffit pas... Ils nous paraissent lointains et surtout hors contexte. Ceux dont on a besoin c'est des personnes qui vivent dans ce pays dans notre pays, qui nous montrent et qu'ils nous aident dans notre combat. 
Ce n'est pas un combat spectaculaire, il ne nécessite pas d'actions violentes ou radicales au contraire c'est un combat silencieux et indispensable qui en va de notre dignité.
Il est clair que pr certains il est difficile de se faire entendre surtout que les médias préfèrent s'attarder sur les frasques de Dieudonné plutôt que relayer en masse, les messages positifs d'un mec remarquable comme Liliam Thuram.
Malgré la difficulté, les élites noires les seules à posséder une visibilité,  doivent le faire, doivent poser les jalons d'un début de reconnaissance, il en va de leur survie même.
Je me plains de ces élites alors que j'ai rencontré des gens formidables qui ont sû me montrer la voie et me soutiennent. Toutefois ces personnes là sont encore peu nombreuses mais les choses changent petit à petit. Et on en a grand besoin!!!!
ALLEZ PARCE QUE JE suis fondamentalement optimiste je dédie ce post  À MES ÉTOILES NOIRES À MOi







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire